Aurélie Nemours

Aurélie Nemours (1910-2005) est la figure la plus exemplaire dans ce travail de la fin du XXe siècle. Héritière de Malevitch et de Mondrian, elle sera aussi l’initiatrice d’une abstraction radicale, « l’art concret », qui prendra forme dès les années 50. Elle est le lien entre les artistes fondateurs de l’abstraction il y a cent ans et ceux d’aujourd’hui.

Elle se forme auprès de Paul Colin, André Lhote et Fernand Léger.

 

1945 : Parallèlement à la peinture, elle débute une activité d’écrivain et de poète.

1946 : Elle expose au salon des Arts Sacrés et y participe jusqu’en 1979, de là son intérêt pour le vitrail.

1949 : Elle s’engage résolument dans l’abstraction la plus rigoureuse.

1957 à 1965 : Elle adhère au groupe « Espace et Mesure » dont l’objectif était de créer la synthèse des arts : architecture, peinture, sculpture.

1961 : Elle rencontre Gottfried Honegger, artiste et collectionneur Suisse, créateur de l’Espace d’Art Concret de Mouans-Sartoux, Donation Albers-Honegger

Jusqu’en 1979, elle participe au salon des Réalités Nouvelles.

1994 : Elle reçoit le Grand prix National de Peinture.

1998 : Elle réalise les vitraux du prieuré de Salagon à Mane (Alpes de Haute-Provence) dont la caractéristique est d’être des monochromes rouges

2000 : Création du « Prix Aurélie Nemours » au Centre d’Art de Mouans-Sartoux.

2004 : Rétrospective au Musée National d’Art Moderne (Centre Pompidou) à Paris

2006 : Inauguration de son œuvre post-mortem : Alignements du XXème siècle à Rennes, œuvre composée de 72 colonnes de granit (Biographie : d’après la galerie Oniris à Rennes)

Pour elle, l’art est une quête vers l’essentiel qui s’exprime au travers de 4 mots clés : figure, rythme, nombre, couleurs, et d’un vocabulaire plastique universel : la verticale, l’horizontale, le carré, le point, la croix.